Finishline Réel Pas Cher Bottes femme paterson classic lo oak marron Emu Australia 100 Authentique rhrtz9sAi

lMhOhzlRAf
Finishline Réel Pas Cher Bottes femme paterson classic lo oak marron Emu Australia 100% Authentique rhrtz9sAi
Bottes femme Paterson Classic Lo Oak EMU AUSTRALIA Certainement le produit phare de la marque, découvrez ce modèle EMU Australia Paterson Classic Lo Oak. Cet article chaussures bottes, signé EMU...

Saisissez directementvos références

Sortie Prix Pas Cher Didriksons LENNART MENS JACKET Veste imperméable Sortie 2018 Nouvelle driz5Q

Un magazine à ton image

Vous êtes ici : Oakwood Veste en cuir Ordre Pré Sortie Lieux De Sortie Vente En Ligne Obtenir Authentique À Vendre Prix Discount PAqOY
/ Réduction 2018 Sortie 100% Garanti Bottines lana multicolore Exclusif Paris Coût De Dédouanement 7M1Q59
/ Favoris d’été gourmands

By Roseline Guimond-Mercille Bottines à talon carré noir Firetrap Sortie Acheter Obtenir Pour Pas Cher KSfbTLbChe

Erima TORONTO 20 Survêtement Autorisation De Vente Pas Cher x9wPKf
Tweetez
8 Partages

Quatre items gourmands pour agrémenter votre été! De quoi vous rafraîchir, vous donner un peu de lecture et vous sucrer le bec!

Grey Goose D’ordinaire, je ne suis pas une grande consommatrice de Vodka, étant plutôt une amatrice de vin. Il y a quelques semaines, lors de la « Sunset Soirée » organisée par Grey Goose Canada, j’ai eu un véritable coup de cœur pour les vodkas aromatisées de cette compagnie française. Mon coup de cœur est sans aucun doute celle à la poire. La parfaite balance entre l’amer et le sucré. Dans un drink, il n’y a rien de plus divin! Le drink traditionnel d’été de Grey Goose m’a aussi beaucoup plu. D’ailleurs, Mélanie vous en a partagé la recette récemment. Une vodka de qualité qui fait toute la différence dans vos drinks!

Grey Goose

Disponible à la SAQ

Dinette Magazine Le magazine Dinette est sans contredit mon magazine favori, autant pour la qualité de son contenu que pour la vision artistique qui s’en dégage. Le Dinette #009 « salée » vous offre un voyagegastronomique dans les îles Faroé en Islande, un dossier cuisine sur les fromages d’ici, une virée en Californie et bien plus. L’eau à la bouche et les voyages plein la tête, Dinette est la lecture parfaite à savourer sous le soleil!

Dinette Magazine Dinette

Disponible dans les épiceries, librairies et le coq sportif COURTACE SPORT Baskets basses Coût Prix Pas Cher Sites De Réduction Qualité Supérieure Vente En Ligne Nouveaux Prix Plus Bas Ssi71
.

Djinn Sirops J’ai découvert Djinn Sirops pour la première fois lors des Puces Pop l’an dernier. J’ai été attirée par le branding, qui est magnifique, et par l’originalité des produits. Environ un an s’est écoulé avant que Djinn Sirops ne croise mon chemin à nouveau! Enfin! C’est lors des Rencontres L organisées par Espace L que j’ai eu la chance de participer à un atelier de mixologie avec l’entreprise. Nous avons créé de délicieux mocktails (drinks sans alcool) à l’aide de leur sirop litchi et pamplemousse. Un délice que je vais reproduire tout le reste de l’été!

Stop au pillage des frayères
Publié le par lebosco dans Bottes nubuck marron cognac Pieces Pré Commande Prix Pas Cher Voir Le Prix Pas Cher xcxILk7ygs
| Aucun commentaire

Stop au pillage des frayères

Cette année de début février à la fin mars, les pélagiques auraient pu encore “taper” dans les frayères de Manche Est et Ouest et capturer des centaines de tonnes de bars, transformés pour la plupart en farines et granulés destinés à l’aquaculture, les poulets et les cochons des élevages industriels…Mais l’Europe en a décidé autrement.

Mais revenons sur quelques faits :

Dans un article paru dans le quotidien local La Presse de la Manche daté du samedi 28 février 2009, nous apprenons que deux chalutiers pélagiques de La Turballe, contrôlés par la gendarmerie maritime, au large de Cherbourg, avaient à leur bord 22 tonnes de bars… Soit 12 tonnes excédentaires, puisque seulement 5 tonnes sont autorisées par semaine et par bateau.

La frayère Manche Est, située dans le “rail” des Casquets, au large du nez de Jobourg (pointe ouest du Cotentin), aurait pu encore cette année être pillée sans vergogne par des pélagiques venus de Bayonne, des Sables-d’Olonne ou de La Turballe. De même, de l’autre zone de frai en Manche, dite Manche Ouest, située derrière l’île de Batz, au large de Roscoff. Là aussi, pendant plusieurs semaines en février et mars, une douzaine de pélagiques se relayaient pour “taper” à tour de rôle et à tour de bras dans les frayères. Rappelons que les pélagiques sont des chalutiers surmotorisés, qui travaillent “en bœufs”, et traînent, à la profondeur où les bars ont été repérés au sondeur, un filet dont l’ouverture est de la taille d’un terrain de foot.

Des traits de chalut de plusieurs dizaines de tonnes sont ainsi possibles, avec un seul bon passage dans cette masse de bars rassemblés pour frayer. A moins de 200 mètres du débarcadère de la criée de Roscoff, sur le quai qui fait face aux ferry-boats, il fallait voir les norias de semi-remorques qui faisaient la queue pour embarquer hors criée des dizaines et des dizaines de tonnes de bars.

Un remarquable reportage de TF1 au 20 H 00 de Claire Chazal, le dimanche 19 avril 2009, montre les pélagiques qui débarquent directement des centaines de caisses de bars dans les semi-remorques qui attendent sur le quai. A la fin de ce court reportage, et pour la première fois à notre connaissance dans un grand média généraliste, l’aspect économique de la pêche de loisir a été évoqué.

Comme le fait remarquer Monsieur Canto, guide de pêche professionnel, sur le forum de pecheaubar.com, “90 % des pélagiques observés ne passent pas par la criée pour débarquer leurs prises, les débarques se font sur un quai destiné normalement aux cargos et situé à moins de 300 mètres de la criée, les prises sont débarquées par l’équipage sans aucun contrôle, ni de la criée ni d’un quelconque personnel fonctionnaire (Affaires maritimes ou gendarmerie), puis chargées dans des camions dont les indications figurant sur les remorques laissent peu de doute sur leur non-appartenance à la filière pêche (voir la photo édifiante du semi-remorque de volailles).

On peut dès lors se poser quelques questions. Quelle est la destination de ces camions ? Quels sont les volumes débarqués ? Peut-on parler de respect des quotas quand aucune pesée n’est réalisée au débarquement ? Est-il normal qu’aucun agent de l’Etat ne soit présent lors de ces débarques ? Vu l’ampleur du phénomène, est-il possible que les agents de l’Etat n’en aient pas connaissance ? Je vous laisse vous faire votre propre opinion et vous livre mon sentiment personnel : la filière pêche profite d’une situation de crise économique pour se livrer aux pires exactions sur la ressource halieutique. Les prix tombent… aucune importance puisqu’avec le système du prix de retrait à la française, la prime est donnée à la quantité et non à la qualité.”

Car ce non-sens écologique de pillage des frayères se double d’une gabegie économique. En effet, comme pratiquement tous les poissons pendant leur période de reproduction, la chair des bars à ce moment- là de leur cycle est de piètre qualité. La plupart des protéines nobles et des lipides ont été mobilisés pour la fabrication des œufs et de la laitance. Les poissons, quand ils ont frayé (ils sont de toute façon forcés d’expulser leurs œufs quand ils sont écrasés dans la poche du chalut lors de sa relève), sont très maigres et leur chair sèche et filandreuse.

Le plus souvent, quand ils passent en criée, ils sont refusés ou achetés à vil prix par des mareyeurs peu regardants, qui revendent ces bars autour de 3 à 4 euros le kilo, que l’on retrouve ensuite sur quelques étals de supermarché à moins de 8 euros le kilo. En fait, l’énorme majorité de ces bars capturés sur les frayères finit dans les congélateurs quand ils ne sont pas directement transformés en farine à poissons, destinés à nourrir saumons, poulets et cochons de nos élevages industriels. Car, compte tenu des tonnages gigantesques qui sont pêchés en quelques semaines, les prix s’effondrent et la seule rentabilité de cette pêche tient au fait des tonnages très importants réalisés, du dépassement généralisé des tonnages autorisés et des fameux prix de retrait fixés par Bruxelles.

Quand on prend dans un coup de pélagique des tonnes de bars, même à moins de 4 euros du kilo, cela reste très rentable pour les armateurs et l’équipage, surtout que cette pêche se pratique à quelques encablures de nos côtes et ne nécessite pas de grandes quantités de fuel pour accéder à la ressource.

Ce pillage de la ressource bar par une vingtaine de paires de pélagiques seulement, qui ne représentent que moins de 200 emplois, est en outre très préjudiciable aux “petits métiers” artisanaux de la pêche professionnelle, et notamment les ligneurs et petits fileyeurs (des milliers qui tentent de survivre), qui eux pourraient capturer de façon durable des poissons de qualité à très forte valeur ajoutée. Ces petits métiers se sont désolidarisés de leurs confrères pélagiques et bolincheurs (pratiquant non pas au chalut, mais à la senne tournante sur les frayères).

Aux Etats-Unis le “stripped bass” (bar rayé) est classé “game fish” et, à ce titre, interdit à la pêche industrielle. Seules la pêche artisanale (très réglementée) et la pêche récréative sont autorisées

La France est aujourd’hui montrée du doigt dans toute l’Europe, même les pélagiques espagnols restent à quai deux mois pendant la période de frai. Des subventions européennes leur sont versées mais, au moins, la ressource n’est pas détruite. Cette solution a été proposée au Comité national des bolincheurs et pélagiques français. Leur réponse : “Nous ne sommes pas des mendiants, nous voulons vivre de notre travail et ne pas rester à quai.” En dehors de cet excès de fierté nationale, les observateurs qui ont assisté aux déchargements “sauvages” hors criée (apparemment la majorité, durant cette période) sont persuadés, compte tenu des tonnages réalisés, et surtout de leur dépassement généralisé, que cette pêche est très rentable.

Vingt-deux tonnes (pour les deux chalutiers de La Turballe arraisonnés), même au prix de retrait ou en dessous, pour les excédents de quotas, cela fait encore beaucoup d’argent pour l’armateur et l’équipage. C’est bien la première fois depuis plus de quinze années que dure ce pillage systématique des frayères de bars qu’un arraisonnement par la gendarmerie maritime a été effectué. Il semblerait que ce soit sous la pression de la Commission de pêche européenne que ce contrôle de Cherbourg avait eu lieu. Car, il faut bien le dire ici, le ministère ne veut surtout pas “provoquer” de quelque façon que ce soit une profession dont on connaît les réactions de violence exacerbées (incendie du Parlement de Bretagne, saccage du Pavillon de la marée à Rungis, opérations musclées dans les grandes surfaces, invectives et injures à l’encontre du chef de l’Etat, blocage des ports ou du trafic transmanche, etc.). La politique “officieuse” de la France semblerait être de laisser la filière pêche en Manche et en Atlantique disparaître progressivement dans les cinq à six années à venir (peut-être même, avant, disent certains biologistes des pêches), quand il n’y aura plus rien à pêcher. L’Etat versera des primes de reconversion, des aides, des subsides et autres mannes dont il sait saupoudrer, quand nécessaire, les professions “à risque”.

La pêche française ne fournit plus que 15 % de la consommation nationale. Cette situation entraîne un haut niveau d’aides publiques qui conduit à s’interroger sur la pertinence de les maintenir : plus de 800 millions en intégrant les soutiens sociaux. D’autres pays européens ont fait le choix de l’abandon du secteur, d’autant que l’importation est compétitive et pourvoit aux besoins du marché.” C’est un rapport parlementaire qui le dit…

Le bosco

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées .

21 décembre 2017
2 minute(s) de lecture
Écrit par Laura

Nestlé affirme son envie de devenir un acteur dans le domaine des produits de santé grand public en rachetant le Canadien Atrium Innovations .

Atrium Innovations

Atrium Innovations est un leader des compléments alimentaires outre-Atlantique , avec 13 marques et une présence dans plus de 50 pays!Avec 80 % du chiffre d’affaires d’Atrium Innovations en provenance des Etats-Unis, Nestlé s’offre une belle opportunité de croissance sur ce continent, et dans de nouveaux domaines. En effet, Garden of Life, marque de compléments alimentaires Bio et naturels du groupe, est N°1 sur le marché Américain.

leader des compléments alimentaires outre-Atlantique opportunité de croissance

Le deal est de taille: l’accord signé le 5 décembre avoisine les 1,9 mds d’euros . Un rachat dans la lignée du virage que prend Nestlé vers la santé et la nutrition , comme annoncé par Mark Schneider, PDG du groupe depuis le début de l’année 2017. Ce dernier affirme que les produits Atrium viennent compléter le portfolio de la branche Nestlé Health Science , dont l’offre vise à améliorer la santé via la nutrition. Avec les solutions en matière de Lunettes de vue mixte ray ban bordeaux rx6378 2974 47/21 bordeaux Ray Livraison Gratuite Explorer 2018 Nouveau À Vendre Vente Boutique En Ligne Pas Cher Authentique Es3Rf9
, Bottines souples à talon avec ornements sumac grimpant Commander En Ligne Pas Cher 2018 La Vente En Ligne ecT70
, ou substituts de repas proposés par Atrium Innovations, les nouvelles possibilités pour Nestlé sont multiples!

1,9 mds d’euros la santé et la nutrition Mark Schneider, Nestlé Health Science probiotiques protéines végétales substituts de repas

Un rachat qui vient conforter la croissance de Nestlé dans le domaine de la santé et renforcer sa position, pour conclure en beauté la première année de Mark Schneider à la tête de la multinationale. De nouvelles actions de ce type à prévoir pour 2018?

croissance de Nestlé dans le domaine de la santé
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Atrium Mark Schneider Nestlé

Ca pourrait vous intéresser

Suivez-nous

4160 Boul. Industriel,Laval (QC), Canada

T: 1-(877) 629-8202